Les Billets de G.Schopp

Exposé FIV et PMA 2

04 06 2014 - Georges Schopp

Lire l’article

Un nouveau grand renfermement

23 05 2011 - Georges Schopp

Lire l’article

Vos remarques sur les billets par mail

auquels nous vous répondrons.

cliniquepsy@hotmail.fr

Un nouveau grand renfermement...
free template

 

Un nouveau grand renfermement
Deux lettres de M.FOUCAULT

 

 

 

 

  1. Utilisant des faits divers dramatiques, les pouvoirs publics ont de nouveau  durci les conditions de l’internement.
    Après avoir démantelé la politique de secteur, en réduisant considérablement les possibilités du travail extra-hospitalier,  les pouvoirs publics considèrent que les bonnes pratiques consistent à administrer des médicaments  accompagnés d’entretiens suggestivo-moralistes.
    Depuis les années 1970 comment avons nous pratiqué ?
    Nous avons tenté de tenir ensemble un mouvement de désinstitutionnalisation (accompagné d’un travail de visites à domicile d’infirmiers  auprès des patients les plus difficiles) avec une pratique de consultations analytiques soutenues.
    Nous n’avons pas eu à déplorer de drames trop rudes dans la réinsertion des malades dans le tissu social. Nous prenions  le temps de rencontrer les voisins s’ils étaient inquiets afin de les rassurer et de les apaiser.
    Un patient paranoïaque, pour des raisons nées de son imagination, a égorgé poules et canards, et les a disposés sur son terrain dans une sorte de rituel de protection. L’équipe de secteur est intervenue aussitôt  et après de longues discussions, le patient a pu se passer de cette protection.
    Je pensais que cette pratique de secteur était nécessaire mais  qu’il fallait y adjoindre une pratique analytique individuelle.
    J’ai donc mis en place trois  lieux de consultations fondés sur la psychanalyse et répartis sur le secteur (plutôt rural avec trois villes plus importantes). Il a pu y venir jusqu’à cinquante personnes par semaine.
    Dans le cadre du secteur, je pensais cet espace plutôt comme excentré et hétérogène qu’extraterritorial.


Au-delà de l’aliénation sociale un  travail de parole est nécessaire pour dénouer certains nœuds psychiques.
Ces espaces différenciés ne peuvent prendre tout leur sens qu’en s’accompagnant pour le psychologue d’une différenciation interne :  la position tierce  que maintient le psychologue vis à vis de ses patients, vis à vis des relations instituées, est proportionnelle à l’écart maintenu vis à vis du phallus maternel.
J’y ai reçu des personnes que rien ne prédestinait  à rencontrer un psy et qui en prenant la parole dans ce cadre ont pu résoudre des  problématiques sévères ou pour le moins s’insérer dans la vie malgré tout (dépressions graves ; problèmes existentiels paralysants ; problèmes psychiatriques lourds ; abus sexuels ; dépendances multiples et variées etc… ).
Les travailleurs sociaux du secteur et les institutions autres   m’interpellaient fréquemment pour mettre en travail  un point particulier et j’ai participé à une expérience  particulièrement riche de consultation psychosomatique autour des patients douloureux. (Je publierai prochainement les textes relatant cette expérience menée  avec le Docteur Boinet).
Tous les ans,  lors de l’entretien annuel avec le directeur,  j’évoquais ma pratique et j’ai toujours reçu un accueil ouvert, intéressé et encourageant. (Cela s’est terminé au début des années 2000, moment où  sont  apparus  les directeurs  formatés par l’évaluation quantitative et le discours  économico-financier).
Ce nouveau grand renfermement fait suite à quelques  autres.
J’avais mené une recherche  aux archives de Caen sur le renfermement dans la généralité de Caen au 18ième siècle.
Dès 1768 commence « l’opération mendicité » ou la marée-chaussée quadrille la campagne et où les officiers  sont invités «  à  exciter leurs hommes pour qu’ils renouvellent fréquemment leurs tournées ». Des gratifications sont d’ailleurs accordées aux brigades  afin de les  indemniser « des peines et dépenses que leur occasionne l’opération de  la destruction du vagabondage et de la mendicité » (déjà !).
Il se trouve arrêter  pèle- mêle « des enfants de 11ans, des vieillards de 70 ans, des voleurs, des prostituées, des imbéciles, des épileptiques, des aliénés, des ivrognes, des libertins, des frénétiques ».
Aubergistes et fermiers sont menacés «  des mêmes peines  s’ils ne dénoncent pas ces errants ».
J’ai interrogé M.FOUCAULT sur plusieurs points ; ce sont ses réponses qu’on trouvera publiées ici.

Archives 2011