Les Billets de G.Schopp

Exposé FIV et PMA 2

04 06 2014 - Georges Schopp

Lire l’article

Un nouveau grand renfermement

23 05 2011 - Georges Schopp

Lire l’article

Vos remarques sur les billets par mail

auquels nous vous répondrons.

cliniquepsy@hotmail.fr

Le comportementalisme à Ouidah
free template

Lors d’un récent voyage au Bénin, la visite de la ville de Ouidah, lieu de regroupement et d’embarquement des esclaves, fut d’un enseignement incroyable.

On pouvait en effet imaginer que les esclaves étaient attrapés, regroupés et embarqués immédiatement sur les navires.

Pas du tout !

Leur calvaire commence par les razzias en forêt et dans l’arrière-pays. Deux millions furent regroupés à Ouidah sur les 11 millions d’hommes, de femmes et d’enfants arrachés à l’Afrique.

Ils sont rassemblés sur la place des enchères située à quatre kilomètres de la mer, pour prendre une route qui se nomme aujourd’hui route des esclaves, route qu’ils auront à accomplir en suivant des rites très particuliers, et des cérémonies comportementales spécifiques.

Sur cette place, ils sont vendus aux blancs contre des fusils, des objets de pacotilles, et de l’alcool et sont marqués au fer rouge.

Un peu plus loin sur la route, ils sont dirigés vers l’arbre de l’oubli. On les oblige à en faire le tour, neuf fois pour les hommes, sept fois pour les femmes, pour leur faire oublier leur identité et leur passé culturel.

Ensuite, il s’agit de les conditionner pour la future traversée.

C’est pourquoi ils sont conduits en direction de la mer vers une case (la case Zomaî : là où le feu et la lumière ne viennent pas) sensée reproduire les entrailles d’un navire ; ils y restent enfermés, confinés et entassés plusieurs semaines, dans l’obscurité la plus totale (environ 1/3 meure à la suite de cette épreuve).

Les prisonniers qui s’en sortent doivent subir un nouveau rituel autour d’un arbre (toujours debout aujourd’hui) dit arbre du non-retour.

Les négriers les font tourner trois fois autour, pour tout à la fois dire un adieu final à la terre, mais aussi, laisser espérer le retour de l’esprit (…renforcement positif !!!). L’objectif en fait est de les désorienter un peu plus.

Quelques centaines de mètres plus loin, c’est l’arrivée sur la plage où les esclaves sont trainés sur des pirogues pour être embarqués dans les navires qui attendent au large.

Ces tentatives de destruction des liens, cette volonté d’effacement du passé, cet acharnement à discipliner les corps visent à anéantir toute idée de révolte chez ces hommes . Pourtant plusieurs dizaines, dans un sursaut subjectif certes tragique, choisiront la noyade…

Même « les thérapies » comportementales échouent …… (que fait l’Inserm !)

En ces temps d’autoritarisme, d’obscurantisme et de perte de sens, il n’est pas étonnant que cette orientation, toujours prête à proposer ses services à l’ordre établi, toujours prête à réduire la complexité de l’homme à ses comportements, toujours prête à rééduquer en normalisant, toujours prête à rendre docile les corps , recueillent l’assentiment de certains responsables publics.

(G. SCHOPP , psychologue clinicien, psychanalyste avril 2012)

.

Archives 2011