Les Billets de G.Schopp

Exposé FIV et PMA 2

04 06 2014 - Georges Schopp

Lire l’article

Un nouveau grand renfermement

23 05 2011 - Georges Schopp

Lire l’article

Vos remarques sur les billets par mail

auquels nous vous répondrons.

cliniquepsy@hotmail.fr

Entretiens

Présentation de l'entretien avec J.B. PONTALIS

UNE TRAJECTOIRE INTELLECTUELLE

J B PONTALIS vient de mourir ce 15 janvier 2013.
La publication de cet entretien fait en 1985 est notre façon d’honorer sa mémoire. Il est né le 15 janvier 1924, dans un milieu qu'on peut qualifier de grande bourgeoisie. (Ce qui ne l’empêchera pas de s'engager à gauche notamment en signant l'appel des 121 pour le droit à l'insoumission dans la guerre d’Algérie).

Il appartient à la troisième génération des analystes en France.

Analysé par Lacan, il rompt avec lui en 1963 au moment de la deuxième scission du mouvement analytique français.
Il refuse de considérer Lacan comme un maître à penser et s'inquiète de sa subversion du cadre analytique au travers des séances courtes, et de ses conséquences institutionnelles (nombre important d'élèves de Lacan dans les instances).

La société française de psychanalyse (issue de la scission d’avec la SPP en 1953) disparaît au profit de l'association psychanalytique de France d'un côté (Lagache, Favez-Boutonnier, Pontalis, Granoff, Laplanche) et de l'autre, l'école française de Psychanalyse, fondée par Lacan qui deviendra l’Ecole Freudienne de Paris.

C'est sous la direction de Lagache qu'il élaborera avec Laplanche le fameux dictionnaire de Psychanalyse, toujours actuel, en appliquant la méthode historico structurale si féconde.

Il sera membre à la même époque du comité de rédaction des temps modernes dirigée par Sartre où il publie des articles de psychanalyse et tout particulièrement avec Laplanche : « fantasmes originaires, fantasmes des origines, origine des fantasmes ».
Il démissionne de la revue en 1970, évoquant l'orientation politique de Sartre.

Il crée en 1966 chez Gallimard une collection psychanalytique qui deviendra rapidement prestigieuse : Connaissance de l'Inconscient où s'éditeront des textes majeurs de la psychanalyse.
En 1970 il fondera la Nouvelle Revue de Psychanalyse, semestrielle, ouverte sur l'art et la littérature, tentant de restituer la finesse de l'acte analytique.
Elle s'arrêtera en 1994 après un cinquantaine de numéros.
Il se consacrera jusqu'à la fin de sa vie à la Littérature ; citons particulièrement, Frère du précédent (2006) et Un jour un crime (2011).

CONTEXTE DE L’ENTRETIEN

C'est en 1985 que paraît une nouvelle traduction de « die frage der laien analyse » accompagnée pour la première fois en France de la postface.
Les circonstances qui provoquent cet écrit son connues : Théodor Reik, psycho - philosophe est l'objet d'une plainte pour exercice illégal de la médecine.
Il est analysé par Freud qui décide de prendre sa défense à travers ce livre en expliquant la spécificité de la psychanalyse.
1985, c'est aussi l'année de l'obtention du titre de psychologue. Bien sûr il s’agissait pour nous d’accéder à l’exercice de la psychanalyse, de la psychothérapie et de la clinique, dans une position autonome.

En France, il y a eu plusieurs procès contre des psychologues à l'initiative de l'ordre des médecins pour exercice illégal de la médecine (G Schopp : l'affaire Clark Williams l'analyse laïque en france1991, Revue Internationale d'Histoire de la Psychanalyse : ce texte est accessible sur notre site).

En France, à cette époque encore, de nombreux psychologues sont confrontés à des médecins qui souhaitent réduire leur acte à la passation des tests. Ce n'est que progressivement que nous avons pu exercer l'acte psychothérapeutique dans les CMPP, dans les consultations enfants et adultes, en institution et en privé.
Dans ce livre de Freud il s'agit bien de monter la spécificité de la psychanalyse face à tout savoir mais, de mon point de vue, aussi d'une ouverture de la pratique aux non médecins qui se sont révélés être souvent, les procès le démontrent, des psychologues.

Les récents évènements autour du titre de psychothérapeute le confirment, s'il le fallait !

Pontalis m'a reçu dans son bureau de la rue Sébastien Bottin chez Gallimard. Je n'ai pas cédé sur mes questions, il n'a pas cédé sur ses réponses. J'en garde un souvenir vif et nostalgique.
S.G. (27/01/13)

Retour